Edito #7 et sommaire

 Six mois se sont écoulés depuis notre dernier numéro et nous nous excusons auprès de nos abonnés et nos lecteurs qui espéraient retrouver notre journal au printemps… Nous avons reçu des courriers de soutien et des propositions d’aides après notre petit mot d’explication, nous remercions tous ceux qui ont pris le temps de nous répondre !

Ces six mois nous ont permis de réfléchir à l’avenir de Lutopik, qui s’efforcera de conserver un rythme de publication trimestriel. Nous parvenons à renforcer notre fonctionnement collectif, et nous avons toujours plus d’abonnés. S’il nous reste encore quelques petits problèmes à régler, nous avons toujours l’envie de continuer ! En mai, nous nous sommes rendus aux Rencontres des médias libres, une coordination qui regroupe plus de cinquante télés, radios, journaux et sites Internet, et dont nous faisons partie. Une des revendications de la coordination est la création d’un fonds de soutien pour les médias à but non lucratif, qui accomplissent une mission d’utilité publique avec des moyens très limités.

Après deux ans passés à fabriquer un journal, avec difficultés parfois, souvent avec bonheur, nous avons eu envie de nous intéresser aux médias en général, à leur rôle et leur fonctionnement… Et si, comme beaucoup, nous considérons que les médias devraient  favoriser l’élaboration d’une pensée critique, participer au débat démocratique et contribuer ainsi à l’amélioration de nos conditions de vie, force est de constater que ce n’est pas ce qui les motive tous... Dans ce numéro, nous vous proposons donc une petite immersion dans le monde de ceux qui font les médias, mais aussi ceux qui tentent de les faire progresser.

 
En France, ces six derniers mois ont surtout été marqués par la tuerie à Charlie-Hebdo et les attentats de janvier. Six mois pendant lesquels l’État a renforcé sa politique sécuritaire, avec notamment l’adoption de la loi sur le renseignement. Si la liberté de chacun est attaquée, cela se traduit pour les médias par moins de garanties sur le secret et la protection des sources. Et l’Europe enfonce le clou avec sa directive sur le secret des affaires. Elle prévoit qu’une entreprise qui verrait l’un de ses « secrets économiques » mis au jour pourra poursuivre et réclamer des dommages et intérêts colossaux à celui qui révélera l’affaire…
 
D’autres tragédies se sont déroulées pendant ces six mois. Des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants sont morts en Méditerranée et beaucoup d’autres événements sanglants ont marqué le monde. Mais pendant ces six mois aussi, Podemos a remporté les mairies de Madrid et de Barcelone et Syriza commence à diriger la Grèce. Nous arrêtons ces lignes à l’annonce du référendum qui laissera au peuple grec décider s’il accepte ou refuse les mesures d’austérité que veulent imposer les techniciens de l’UE et du FMI. L’émergence de ces nouveaux partis montre que l’on est encore capable de porter des rêves.
 
Bonne lecture !
 
Dessin de la couverture : Caroline Pageaud
 
Vous pouvez commander votre numéro (4 €) ou vous abonner (15 €) sur cette page.
 

Sommaire :

La petite librairie qui fait un carton, p.4

Dossier médias :

   Ceux qui résistent, ceux à qui l'on résiste, p.6

   Entretien avec Serge Halimi, p.8

   Les médias au main des puissants, p.11L'info est servie !, p.12

   Le chantier des aides à la presse, p.13

   "Les journalistes produisent une banlieue hors-sols", p.16

   La révolte de la Villeneuve, p.17

   Info en continue : faire vite, faire court, p.20

   Ces médias libres qui résistent, p.23

Portfolio : Résistances au méxique, p.26

Dossier Podemos :

   De l'indignation au changement, p.32

   Entretien avec Urbàn Crespo, p34

Herboriste : un métier à risque, p.37

En RDC sur la piste des trafiquants de bois, p.40

Au Myanmar, les paysans défendent leurs terres, p.44

Retour sur, p.49

Fiction : Basset Hound et caramels mous, p.52

BD : Monstre côtelette, p.54

 

 

 

Commentaires

on espere que c'est reparti pour un long moment. Sympa le titre, hate de le lire. Merci à vs.

Ajouter un commentaire